Rompre le silence, Mechtild Borrmann - Mais que s'est-il passé en 1943 ?

Chouette petit roman, dévoré en deux jours - ou plutôt deux nuits d'insomnie.

Le point de départ est assez classique. Robert Lubisch, en vidant le bureau de son père après la mort de celui-ci. Ce faisant, il découvre une boîte, qui contient trois documents surprenants : le certificat de libération de son père qui a été fait prisonnier par les Alliés ; la photo d'une très belle femme qui n'est pas sa mère ; et une carte de SS portant un nom inconnu. Il flaire un secret, et la possibilité de trouver une faille chez ce père qui a été pendant son enfance si froid et si distant.

Petit à petit, les années 1930 et 1940, celles de la jeunesse de son père, refont surface. Le côté moins classique se manifeste ici, au travers de la touchante histoire d'une bande d'amis à Kranenburg, copains depuis l'enfance, et que les circonstances de la montée du nazisme et de la guerre, éloignent peu à peu. Un peu selon le même principe que la très bonne mini-série allemande Generation war.

Sans être fondamentalement originale, avec un récit qui alterne passé et présent, la construction est habile, et se fonde aussi le côté trouble et douloureux des souvenirs que l'enquête de Robert remue. Histoire prenante sur le fond, beau petit roman, sympathique moment de lecture.

Mechtild Borrmann est aussi l'auteur de deux autres romans, que j'ai hâte d'essayer !

Commentaires